Si un vent de panique souffle plus qu’ailleurs dans les secteurs avec lesquels nous travaillons, c’est bien celui du secteur financier, celui des banques et des compagnies d’assurances, des institutions financières,

Adaptation et transversalité

AUTEUR:
Expert de DECIMAL

  • Automatiser pour se libérer
  • Devenir une organisation axée sur la connaissance
  • L’analyse stratégique et la prise de décisions au cœur de l’activité

Si un vent de panique souffle plus qu’ailleurs dans les secteurs avec lesquels nous travaillons, c’est bien celui du secteur financier, celui des banques et des compagnies d’assurances, des institutions financières, des réseaux coopératifs ou encore des sociétés d’investissement. L’arrivée des robots et de l’intelligence artificielle, dans une logique de contrôle des coûts, met ce secteur, déjà très largement concurrentiel, encore plus à l’épreuve.

Les équipes de la fonction finance des organisations de ce secteur doivent s’adapter, comme elles l’ont toujours fait. Si leur rôle est de garantir la qualité des chiffres, de les analyser et d’aider la direction à prendre les bonnes décisions, elles gagnent à travailler avec des solutions flexibles et intégrées. Très friands d’outils qui automatisent la production de rapports pour rapidement prendre des décisions informées, l’équipe des finances veut faire évoluer l’organisation et éviter les tâches manuelles, sans valeur ajoutée, répétitives et qui prennent beaucoup de temps, notamment la collecte et le déploiement de données financières.

Cette production de rapports automatisés – budget, réel, évolution de la consommation du budget par gestionnaire et par secteur, et autres indicateurs de performance – permet de se concentrer davantage sur l’analyse des données financières. La fonction finance cherche donc des technologies particulièrement dynamiques qui lui permettront d’anticiper et de gagner en efficacité en comprenant mieux les enjeux opérationnels pour accompagner la direction dans la prise de décisions.

Pour les institutions financières, en plus de la communication de données et de la compréhension des allocations et répartition des coûts, il devient essentiel de mieux saisir la rentabilité des produits et services et de pouvoir, en vue de faire de meilleures projections, faire des analyses de type « What-if ».

Plusieurs organisations ont commencé à évoluer en ce sens. Et vous, faites-vous partie des visionnaires?.


Posted by DECIMAL

Leave a reply

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *